Pêche maritime : augmenter la production marine pour 2023

0
14

Le Ministère de la pêche et des produits de la pêche aspire à porter la production halieutique à 142 000 tonnes d’ici 2024.

Le ministre du secteur, Hisham Sufian Salwachi, a déclaré que cet objectif sera atteint en plusieurs étapes, dont la principale consiste à continuer de renforcer et de réhabiliter la flotte de pêche maritime, notamment en construisant des navires de grande taille, et en encourageant la pêche en haute mer et dans les eaux sous la juridiction d’autres pays comme la Mauritanie, la Libye et la Guinée-Bissau dans le cadre d’accords.

Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire de moderniser et de moderniser la gestion des ports de pêche maritime afin d’augmenter la production halieutique et d’améliorer les conditions de pratique des activités de pêche maritime, d’aménager des sites d’ancrage pour les bateaux de pêche traditionnels, ainsi que d’établir une ferme pour l’engraissement du thon rouge dans le cadre d’un partenariat avec des négociants étrangers, ce qui contribue à rehausser la valeur ajoutée de la filière, ajoute le ministre.

L’Algérie a pu, grâce aux sages directives du Président de la République, faire passer sa part de thon rouge vivant au niveau international, de 1655 tonnes à 2023 tonnes, soit une augmentation de 368 tonnes, soit un taux de croissance de 22,23 pour cent. , à travers la participation de la délégation technique algérienne aux travaux de la réunion de l’organisation L’Union internationale pour la protection du thon rouge en sa session extraordinaire n°23 au Portugal du 14 au 21 novembre 2022, car c’est la plus grande part obtenue par l’Algérie depuis son adhésion à cette organisation en 2003.

Dans le domaine de l’aquaculture, le secteur vise, selon Salwachi, à porter la production à 24 mille tonnes à l’horizon 2024.

Pour atteindre cet objectif, la filière travaille sur l’aménagement des zones d’activités aquacoles et l’octroi de conteneurs immobiliers aux investisseurs, la mise en place d’unités de production de petits poissons marins et continentaux à travers l’octroi de conteneurs immobiliers, la mise en place de pôles d’aquaculture marine et continentale, ainsi que comme le soutien financier aux investissements et l’amélioration des prêts pour l’exploitation ainsi que la diversification des sources de financement.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here